Formulaire de recherche

Le sport pour booster notre motivation

Date : 
Jeudi 2 Octobre 2014
-
Micronutrition
-

Le sport et la motivation sont étroitement liés. Bien-sûr pour se mettre à faire du sport, il faut se motiver et pour cela solliciter notre dopamine, neurotransmetteur de la motivation. Mais, ce qu’on sait moins, c’est que la dopamine est essentielle dans les processus physiologiques de l’exercice sportif. Et d’ailleurs, la pratique régulière d’un sport nous entraîne à synthétiser plus facilement de la dopamine même en dehors des périodes d’entraînement.

 

 

Au cours de la journée différents neurotransmetteurs vont agir sur nos comportements.

Le matin, par exemple, la dopamine va prédominer. Elle est notre « starter ». Ainsi tout déficit va provoquer de la fatigue, des baisses de motivation, des problèmes de concentration et d’apprentissage. La dopamine est synthétisée à partir de la tyrosine, un acide aminé, avec le soutien de cofacteurs (Magnésium, Zinc, Vitamine B2 et B6).

 

Elle va ensuite être transformée en noradrénaline, qui va nous permettre de maintenir la motivation, de continuer les actions en cours. C’est notre « accélérateur ». Elle-même est précurseur de l’adrénaline.

 

Vers la fin de journée, la sérotonine va prendre le pas sur les catécholamines pour favoriser le repos puis sous l’influence de la lumière, elle va être transformée en mélatonine pour l’endormissement.

 

 

En cas de besoin, comme lorsqu’on fait du sport, la noradrénaline va être transformée en adrénaline, nécessaire à l’augmentation de la pression artérielle, à la vasoconstriction veineuse et à la bronchodillatation pendant l’effort.

 

Il est donc primordial pour le sportif de synthétiser suffisamment de dopamine, particulièrement avant l’effort. Pour cela, il doit consommer, le matin en particulier, une quantité suffisante de protéines riches en tyrosine (minimum 15g).

On trouve de la tyrosine en grande quantité dans les viandes, poissons, œufs et surtout fromages.

 

Il est aussi essentiel d’apporter les cofacteurs de la synthèse de dopamine :

 

  • du Magnésium : chocolat noir, herbes aromatiques, fruits secs, céleri, fenouil
  • du Zinc : foie, chocolat, fruits de mer
  • des vitamines B : foie, rognons, herbes aromatique, pistaches, seiche, thon

 

Lorsqu’on fait du sport aérobie au moins 30 minutes, on va aussi secréter une grande quantité d’endorphines, qui activent les récepteurs à la dopamine. Ainsi la pratique elle-même entretient la motivation pendant la séance et cet effet se ressent encore pendant les heures qui suivent l’effort.

 

Au-delà de l’importance de la dopamine pour l’exercice lui-même, , même en dehors des entraînements. De fait, pratiquer une activité physique régulière augmenterait notre motivation même pendant les jours de « repos ».

Les chercheurs en neurobiologie ont dosé les biomarqueurs dont la dopamine, la noradrénaline et l’adrénaline de 32 jeunes hommes, 1h, 24h puis 7 jours après un exercice cardiovasculaire. Ils ont constaté que même 7 jours après l’exercice, les taux de biomarqueurs restaient plus élevés que la normale.

 

La motivation serait donc un phénomène qui s’auto-entretient, par l’alimentation bien-sûr, mais aussi par le sport.

 


Avec des protéines animales :

  • 2 œufs ou 50g de viandes de Grisons
  • 1 tranche de pain complet
  • 1 boisson sans sucre

Bircher végétarien :

  • 50 g mélange de son d’avoine Bio sans sucre ajouté
  • 150g de tofu soyeux ou 1 pot de yoghourt ou soja nature
  • 1/4 pomme (de préférence acidulées) ou un petite poignée de myrtilles
  • 25 g d’amande
  • un peu de jus de citron et d’orange

 

Célia Karleskind, nutritionniste

Prochaine formation

  • Soirée officine : Troubles de l’immunité, faisons le point

    Public : Assistant en pharmacie, Pharmaciens
    Date : Jeudi 7 Février 2019, 19:00
    Lieu : Hôtel La Prairie, Avenue des bains 9 - 1400 Yverdon-Les-Bains

Partager cette page avec un ami

Merci de remplir les champs ci-dessous pour partager cette page avec un ami. Tous les champs sont obligatoires.

Vous
Votre ami