Formulaire de recherche

L’intérêt des analyses biologique lors d’une consultation de micronutrition

Date : 
Mercredi 4 Mai 2016
-
Phytothérapie
-
Par Phytolis

En cabinet, il est fréquent de recourir aux analyses biologiques pour infirmer ou confirmer une pathologie. Pourtant certains troubles échappent à la biologie conventionnelle. Les laboratoires ont donc, ces dernières années, développé un grand nombre d’analyses permettant de mettre en évidence des statuts favorables ou défavorables pour le maintien de la santé. Ainsi, le panel des analyses biologiques disponibles aujourd’hui permet au praticien d’élargir sa vision du patient et de lui proposer une prise en charge toujours plus pointue.

 

Le développement des outils d’analyse biologique dans une optique de prévention globale s’accompagne d’un nouvel éclairage sur les résultats du patient. On parle aujourd’hui volontiers de valeur optimale santé plutôt que de valeur normale. En effet, un taux normal signifie un taux compris dans une fourchette représentative de la population cible non pathologique. Ainsi certaines fourchettes peuvent être très étendues et les conséquences en termes de santé générale seront de fait bien différentes. Car si le seuil pathologique n'est pas atteint, la santé n'est pas pour autant optimisée.

 

Les valeurs optimales vont permettre d’aller plus loin et de définir pour chaque marqueur un état favorable à la santé. Par exemple, si une valeur est dans la norme mais pas dans la valeur optimale, cela signifie le plus souvent que la pathologie ou la carence n’est pas avérée, certes, mais pour autant, cette valeur n’est pas forcément favorable au maintien de la santé et à la prévention du risque.

 

On pense souvent que le contenu de notre assiette reflète notre statut micronutritionnel et qu'une alimentation équilibrée suffit à le maintenir. Pourtant, il peut y avoir un écart considérable entre nos apports alimentaires et ce qui est vraiment utilisable et utilisé par l'organisme. Par exemple, un même aliment, selon sa méthode de culture et la richesse du sol, son temps de conservation ou encore sa cuisson aura une composition micronutritionnelle différente. Ensuite, cet aliment peut être mal digéré puis mal absorbé du fait d'un écosystème intestinal perturbé. 

 

Pour finir, notre état de santé générale, la présence de polluants externes ou des prédispositions génétiques peuvent nous conduire à surconsommer certains micronutriments. Au final, certains nutriments que l’on pensait en suffisance au regard de l’assiette nous font défaut. De fait, même avec une alimentation irréprochable et la garantie d'aliments de qualité, l'équilibre de notre statut micronutritionnel n'est pas toujours assuré.

 

Outre les signes cliniques de certaines carences, pouvant fournir au thérapeute des pistes de complémentation, il peut être nécessaire de faire appel à des analyses biologiques, notamment pour éviter les complémentations à l’aveugle parfois dangereuse.

 

 

  • Pourquoi doser les acides gras érythrocytaires?

 

Le PAGE mesure la répartition entre les différents acides gras contenus dans les phospholipides des membranes cellulaires. Connaître la composition en acide gras de la membrane cellulaire est un excellent moyen de retracer l'historique des apports lipidiques d'une personne en vue d'un rééquilibrage ou d’une complémentation. En effet, il faut 2 à 3 mois pour changer la composition membranaire des cellules. Ainsi, mesurer les acides gras déjà utilisés à des fins structurelles permet de refléter le statut nutritionnel et métabolique du patient sans les fluctuations dues à un repas trop riche ou à un besoin accru à un instant T. De plus une inadéquation entre l’assiette et le statut micronutritionnel pourra mettre en évidence des troubles connexes (dysbioses, carences en cofacteurs des enzymes de conversion, polymorphismes génétiques).

 

  • Quand pratiquer un PAGE?


La répartition entre les différents acides gras peut présenter un facteur de risque cardiovasculaire ou au contraire un facteur protecteur. Les acides gras sont aussi les acteurs principaux de la fluidité membranaire. On a longtemps diabolisé les acides gras saturés et trans alors qu'ils sont aussi nécessaires voire pour certains comme l'acide butyrique ou ruminique, bénéfiques.

 

A l'inverse, depuis des années, et à juste titre, on insiste auprès du grand public sur les effets protecteurs des Omegas 3. Pourtant un excès ne peut pas être favorable car il va déséquilibrer la répartition entre les acides gras et provoquer des déficiences relatives délétères. De fait, en présence de risques cardiovasculaires ou bien quand l'enquête alimentaire révèle une insuffisance ou un excès d'apports en certains acides gras, le PAGE peut nous donner une piste de rééquilibrage.

 

  • Où pratiquer le PAGE ?

 

Si jusqu'à récemment la majorité des analyses nutritionnelles étaient réalisées à l'étranger faute d'infrastructures et de matériel adapté, aujourd'hui, elles peuvent être pratiquées directement en Suisse dans de nombreux laboratoires et sont de mieux en mieux remboursées par les caisses.

 

De nombreuses autres analyses biologiques peuvent être réalisées sur ce même principe et permettent de mettre en évidence un stress oxydant, une dysbiose, une insulinorésistance. Les laboratoires suisses développent même aujourd’hui des départements spécifiquement dédiés aux analyses dites « préventives ».

Prochaine formation

  • Soirée officine : Troubles de l’immunité, faisons le point

    Public : Assistant en pharmacie, Pharmaciens
    Date : Jeudi 7 Février 2019, 19:00
    Lieu : Hôtel La Prairie, Avenue des bains 9 - 1400 Yverdon-Les-Bains

Partager cette page avec un ami

Merci de remplir les champs ci-dessous pour partager cette page avec un ami. Tous les champs sont obligatoires.

Vous
Votre ami